Notice: WP_Scripts::localize est appelée de la mauvaise manière. Le paramètre $l10n doit être un tableau. Pour transmettre des données arbitraires aux scripts, utilisez plutôt la fonction wp_add_inline_script(). Veuillez lire Débogage dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 5.7.0.) in /usr/www/users/inspbtgnug/wp-includes/functions.php on line 5663 Notice: WP_Scripts::localize est appelée de la mauvaise manière. Le paramètre $l10n doit être un tableau. Pour transmettre des données arbitraires aux scripts, utilisez plutôt la fonction wp_add_inline_script(). Veuillez lire Débogage dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 5.7.0.) in /usr/www/users/inspbtgnug/wp-includes/functions.php on line 5663 Notice: WP_Scripts::localize est appelée de la mauvaise manière. Le paramètre $l10n doit être un tableau. Pour transmettre des données arbitraires aux scripts, utilisez plutôt la fonction wp_add_inline_script(). Veuillez lire Débogage dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 5.7.0.) in /usr/www/users/inspbtgnug/wp-includes/functions.php on line 5663

Département de contrôle de qualité

Le laboratoire de contrôle de qualité du médicament contribue à l’amélioration des soins offerts aux patients en assurant la sécurité des consommateurs qui utilisent des médicaments commercialisés ou fabriqués au Burundi.

Etant en train d’implanter un système de management de qualité, le laboratoire se prépare au processus de pré-qualification par l’OMS. Ainsi, il appuie l’action des services chargés de la réglementation pharmaceutique et les services d’inspection de santé publique. Il contribue aussi à l’amélioration du système d’assurance qualité du médicament. La fréquence des échantillons est conditionnée par l’autorité de réglementation, dont certaines lois pharmaceutiques ne sont pas actualisées ou appliquées pour imposer aux importateurs le contrôle de qualité de leurs produits.

 

Du côté analyse de qualité de l’eau et des aliments, les préparatifs sont avancés pour démarrer. Des locaux répondant aux normes de microbiologie sont déjà disponibles et l’équipement du laboratoire se poursuit. Ce département permettra la surveillance et la lutte contre les infections d’origine alimentaire et hydrique.