Depuis 2013, l’INSP a été nommé  Centre d’Excellence de l’EAC

Bientôt l’ouverture du programme de master en science de la santé publique

Les systèmes de santé ne peuvent fonctionner sans personnels de santé ; l’amélioration de la couverture assurée par les services de santé et des résultats sanitaires dépend de la disponibilité et de l’accessibilité de ces personnels ainsi que de leurs capacités à assurer des services acceptés et de qualité. Les ressources humaines pour la santé performantes constituent un des six piliers de tout système de santé.

Au Burundi comme dans beaucoup de pays d’Afrique, la pénurie de ressources humaines qualifiées et motivées est identifiée comme un des facteurs majeurs qui ralentissent la réalisation des objectifs prioritaires de développement sanitaire.

Les systèmes de santé ne peuvent fonctionner sans personnels de santé ; l’amélioration de la couverture assurée par les services de santé et des résultats sanitaires dépend de la disponibilité et de l’accessibilité de ces personnels ainsi que de leurs capacités à assurer des services acceptés et de qualité. Les ressources humaines pour la santé performantes constituent un des six piliers de tout système de santé.

L’Institut national de santé publique, fidèle à sa mission, avec l’appui de ces partenaires du Nord et du SUD, contribue à la mise en œuvre de la stratégie nationale de production des ressources humaines en initiant un master en sciences de la santé publique. C’est un processus qui a débuté en 2015. C’est aussi sa contribution à l’atteinte de l’une des échéances mondiales en matière de stratégie mondiale sur les ressources humaines pour la santé à l’horizon 2030 : « Tous les pays réalisent des progrès en vue de réduire de moitié leur dépendance à l’égard de professionnels de la santé formés à l’étranger, en application du Code de pratique mondial de l’OMS ».

Cette initiative est le fruit d’une coopération fluctueuse avec l’Ecole de Santé Publique et de l’ULB ainsi que l’Institut Supérieur des sciences appliquées du Burkina Faso. L’Initiative bénéficie du financement de l’Union Européenne à travers le programme d’ « Appui aux institutions de santé publique ».

Le démarrage effectif de ce master en sciences de la santé publique va impacter positivement sur les capacités de mise en œuvre des politiques et à la conduite les études épidémiologiques sur notre système de santé.

Ce projet n’aurait pas vu le jour sans l’engagement soutenu des enseignants de l’Ecole de Santé de Publique de l’ULB. Notre pensée va au feu Professeur Bruno Dujardin, un des initiateurs du Projet mais qui n’a pas vu l’aboutissement de son œuvre. Nous remercions l’Union Européenne qui a bien voulu financer de projet. Nos remerciements vont aussi aux enseignants de l’INSSA, aux enseignants de l’INSP, de l’Université du Burundi et ceux qui, de prêt ou de loin ont contribué à ‘aboutissement de ce projet.

Dr Josiane NIJIMBERE, Ministre de la Santé Publique et de la lutte contre le SIDA.

Bulletins
    Appel d’offres
      Annonces et publicités
        kjs-1024x610

        INSP ouvre bientôt un programme de Master

        La santé publique contribue aux sciences de la santé. Sa spécificité est qu’elle s’intéresse à l’analyse des phénomènes de santé dans les populations, plutôt qu’au niveau des individus.

        IANPHI

        L’INSP, membre de l’IANPHI

        L’IANPHI, l’Association internationale des Instituts Nationaux de Santé Publique, regroupe à ce jour 97 instituts de santé publique du monde. Elle a commencé en 2006 à Buenos Aires.

        Dr-Kazihise

        INSP: Centre of Excellence

        The National Institute of Public Health has recently been chosen in Public Health Training as a centre of excellence during the 15th EAC Summit of Heads of States on 30 November 2013 at Kampala.